Pot a beurre FT 1

Ger - Grès -  Milieu XIXe

Domaine d’uutilisation :

Réserves et cave / production laitière / transport et commercialisation

Désignation / dénomination :

Pot à beurre

Appellation locale

Pot breton ou vingtain

Matériaux / techniques

Terre cuite Tournage

Dimensions / poids et contenance

H : 40 cm

Poids : 5,3 kg

Description

Pot ovoïdal, rebord aplati, avec une anse.

Marque FT sous le col

Commentaires

Pot destiné au conditionnement et au transport du beurre. Pots exportés à l’Époque Moderne dans toute le France de l’ouest et du Nord-Ouest. Ces pots étaient exportés en grosse quantité en Bretagne.

« Les intérêts de la papeterie se lient assez intimement à ceux d’un autre genre d’industrie, la poterie de grès, existant dans la commune de Ger et qui occupe et fait vivre une partie de ses habitants. C’est principalement dans le Maine et la Bretagne que sont transportés les produits de ces fabriques, par des voitures qui rapportent à leur retour et à moindre frais, une partie du chiffon employé dans les papeteries. » (LE MAISTRE, 1836)

« Ger. Fabrique de poterie : 17 établissements : 150 ouvriers, qui font annuellement 11000 sommes de pots, dont la plus grande partie se vend dans les départements voisins ». Annuaire de la Manche, 1829, pp. 48-49

A Ger l’unité de compte pour la fabrication et la vente des poteries est la « somme ».Cette « somme » correspond à l’ensemble de pots façonnés avec une « somme » d’argile, unité de poids  représentant 6 mottes d’argiles d’environ 20 à 25 kg, telles qu’elle étaient encore extraites de la carrière pour les potiers de Ger au début du XXe siècle et dont on peut repérer les traces d’enlèvement à la houe sur la carte postale «Carrières de terre glaise pour la fabrication de la poterie de Ger.- Exploitée par Jules Roussel, à Saint-Gilles-des-Marais (Orne). Ouvriers au travail. »
La somme d’argile était évaluée à 120/150 kg au début du XXe siècle (MAUGER, 1905, 212-213)

 

CPA Carrière St Gilles des Marais 1

 

Ouvriers dans une fosse de la carrière d'argile grésante de la Goulande fin du XIXe s. (La Haute--Chapelle- Orne)

 

La terminologie des pots à beurre de Ger est liée au poids des pots, plus précisément à la quantité d’argile utilisée pour leur fabrication. Cette terminologie, telle que « pot à beurre vingtain » évoque la fraction de « somme » employée pour sa fabrication. Cette terminologie est utilisée depuis, au moins, le XVIIe siècle pour désigner certains grès du Domfrontais : « dizain », « seizain », « vingtain », « trentain », « quarantain ». Dans une somme d’argile on façonnait seize seizains, vingt vingtains, etc.

 

catalogue Véron_Page_05_12 pots à beurre

 

On observe dans le catalogue Véron que la série des pots à beurre est la seule à n’être définie que par le nom de ses produits (chicandiaux, quarantains, trentains, et vingtains) sans aucune autre indication de contenance. Le poids des pots à beurre primait sur leur contenance qui pouvait être variable.

Dans la sentence du 27 avril 1619, le lieutenant de bailli de Mortain oblige les potiers à mettre sur leurs pots une marque personnelle, pour que ceux qui s’accordant avec les commissionnaires en beurre pour fabriquer des pots trop lourds, soient retrouvés et sanctionnés par les gardes du métier (FAJAL, 1998)

Règlement de police des potiers de Ger en date de 1842. « L’an mil huit cent quarante deux le_________ Les Maîtres fabricants de poteries et les ouvriers potiers, soussignés, réunis à la mairie de Ger, considérant que le poids des pots connus sous le nom de pots bretons ou vingtains communs étant devenu exorbitant depuis plusieurs années, doit nécessairement diminuer et même anéantir la vente de cette importante espèce de poterie, et que déjà les autorités du département d’Ille-et-Vilaine veulent en prohiber la vente, ont d’un commun accord adopté le règlement suivant, qui aura désormais force de loi. Art. Ier. Les pots vingtains communs, au moment où ils seront confectionnés, ne pourront peser plus de sept kilogrammes et demi, de manière qu’étant cuits ils aient un poids de cinq kilogrammes, et une contenance moyenne de __ litres. Les pots trentains communs, au moment où ils seront confectionnés, ne pourront peser plus de cinq kilogrammes, de manière qu’étant cuits ils aient un poids de trois kilogrammes à trois kilogrammes et demi, et une contenance moyenne de __ litres (…) Art. 2. Chaque Maître-fabricant sera tenu d’avoir une étampe particulière et de la faire apposer sur toutes les marchandises ci-dessus dénommées. Les ouvriers de leur côté seront tenus de faire gratuitement cette apposition pendant qu’ils seront sur le terrain et que les vases seront en état de les recevoir. » (…) Le maire de Ger ou son représentant pouvait ainsi identifier le potier ayant fabriquer le dit pot.

La marque sous le col et à proximité de l’anse sont les lettres initiales des nom et prénom du potier François THÉOT.

Sources et références

Poterie de Grès et Poterie Jaune. Briqueterie. Ancienne Maison Jacques VERON. Augustin VERON fils successeurs. Usines à Ger et à Brouains. Catalogue illustré de la fabrication d’un potier du XIXe siècle (dessin, nom, prix). Slnd, 1880.

Poids et contenance de poteries normandes. Daniel DUFOURNIER et Bruno FAJAL. Sentence du baillage de Mortain, 27 avril 1619 (pp. 154-155). Règlement interne des potiers de Ger, 1842. Règlement concernant le poids et la contenance de certains vases de grès (pp.155-156) dans Cahiers de Métrologie, tomes 14-15, 1996-1997, pp. 139-168.

Une mauvaise querelle des potiers de Ger contre les commissionnaires en beurre d’Isigny (1742-1743). Michel DELALONDE. dans Revue de l’Avranchin, N° 264, 1970, pp. 207-218.

Observations sur le conditionnement du beurre en Basse-Normandie (fin du Moyen Âge-XIXe siècle). Bruno Fajal. dans Manger et Boire en Normandie – Actes du XXXIIIe congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, (Argentan 2-5 oct. 1997) - Annales de Normandie 1999, p.77-92

Le centre potier de Ger (Manche) au XVIIIe siècle : contribution à la définition d'une industrie rurale. Bruno FAJAL. dans Le monde rural en Normandie.– Actes du XXXIIe congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, (Gisors 2-5 oct. 1997). Annales de Normandie 1998, pp. 363-376.

Une communauté de potiers normands au XVe au XIXe siècle, statuts et règlements du centre de Ger. Bruno FAJAL.
- Addition aux statuts des potiers de Ger (1493).
- Confirmation des statuts de la confrérie et communauté des potiers de Ger établis en 1520 (1558).
- Proposition de statuts déposée par les potiers de Ger (1742).
- Règlement de police des potiers de Ger (1842).
Dans Histoire et sociétés rurales, n° 10, La passion de l'histoire avant tout, 1998, p. 239-263.

 

Pot a beurre FT 2

 

 

Pot a beurre FT 3

 

Vingtains 

Deux pots à beurre vingtains. Celui de droite pèse 6,4 kg. Il dépasse le poids réglementaire qui devrait être aux alentours de 5 kg.